La propreté chez le chien

Je ne sais pas si vous l’avez remarqué mais, depuis quelques jours, nous avons le plaisir de saluer l’arrivée de beaucoup de nouveaux chiots sur notre groupe.

Personnellement, si je m’en réjouis et leur souhaite bien entendu tout le bonheur du monde dans leurs nouvelles familles, je me dis également que c’est sans doute le moment idéal pour revenir sur une notion assez basique et pourtant essentielle : l’apprentissage de la propreté.

• Un apprentissage simple MAIS…

Vous avez choisi d’accueillir un Shiba Inu ? Vous avez de la chance !
Même si je déteste faire des généralités sur les races, force est de reconnaître que le Shiba aura tendance à être propre assez rapidement… pour peu que vous ne fassiez pas trop d’erreurs durant cet apprentissage, au risque de nuire à un travail déjà entamé par la mère de votre chiot et votre éleveur.

• COMMENT procéder ?

Avant tout, il faut savoir que votre chiot ne pourra pas contrôler ses sphincters avant plusieurs mois et donc toutes ses envies de se soulager.
Dès lors, il est absolument normal qu’il ne soit pas capable de se retenir durant des heures et des heures les premières semaines, ou suite à une émotion un peu trop forte, une grosse joie, et même qu’il y ait encore quelques petits accidents par la suite.
Donc, comme pour n’importe quel autre apprentissage, vous allez devoir faire preuve d’un minimum patience et surtout de beaucoup de bienveillance. J’insiste sur ce dernier point.

Au début, vous devrez le sortir toutes les deux ou trois heures, après une sieste, avant ou après les repas, suite à une séance de jeu, etc.
Bref, même si c’est pour quelques minutes seulement, plus vous multiplierez les sorties, respecterez son rythme et lui donnerez de chances de faire à l’extérieur, plus cet enseignement sera intégré rapidement.
À noter aussi que le sortir une fois durant la nuit accéléra également ce processus. Eh oui…

Il fait ses besoins dehors ? C’est tout simplement magnifique !!! Chaque pipi doit être célébré, tous les cacas doivent être une source de joie incommensurable et donner lieu à une pluie de félicitations et de friandises. Si si, vraiment.

Il fait ses besoins chez vous ? Rien de dramatique. Soit vous le voyez faire, auquel cas vous pouvez tenter de le porter dehors pour finir et le féliciter après coup, soit c’est trop tard et vous l’emmenez quand même dehors, en le félicitant s’il remet ça.
Dans tous les cas, on reste zen : on ne montre aucun énervement, que ce soit dans sa voix ou sa gestuelle, et on nettoie discrètement afin que votre chiot ne prenne pas ça pour un jeu.

« Oui, mais quand on le sort il ne fait rien et il attend d’être chez nous pour faire ses besoins ».

Il peut y avoir plusieurs explications à cela :

– Possible que l’endroit où vous l’emmenez ne lui convienne pas. Privilégiez un lieu calme, pas trop sale et de préférence avec de l’herbe.

– Possible que votre jardin ne le stimule pas plus que ça. Un jardin, c’est cool mais ça ne remplace pas les sorties à l’extérieur, surtout que votre chiot pourra le considérer rapidement comme une pièce supplémentaire de son habitat… et que vous lui apprenez justement à ne pas faire dans son habitat.

– Possible qu’il y ait été tout simplement habitué. Si votre chiot vient d’une animalerie ou d’une foire par exemple, il est fort possible qu’il ait été sevré trop tôt et qu’il ait passé pas mal de temps en cage, n’ayant pas d’autre choix que de faire ses besoins dedans. L’apprentissage sera donc plus long.

– Possible enfin qu’il ait un souci d’ordre médical. Même si cette hypothèse reste la moins probable, elle n’est jamais à écarter.

• Ce qu’il vaut mieux éviter ou ne carrément PAS faire :

– Le « pipi pad » ou tapis d’apprentissage. C’est bien entendu un choix, mais sachez qu’apprendre à lui faire à l’intérieur ne fera qu’ajouter une étape supplémentaire et pourra donc pas mal retarder cet apprentissage au final.

– Laisser vos plus beau tapis à disposition et donner accès au canapé ou encore au lit. Là encore c’est un choix, mais sachez que ce sont de vrais nids à odeurs pour votre chiot et que ce seront donc des cibles de choix si une envie de se soulager lui prend subitement.

– L’usage du « non ». Comme dans bien des cas, ce mauvais réflexe revient et, comme d’habitude, il ne servira à rien car il n’a aucune valeur pédagogique et n’indique pas à votre chien ce que vous attendez de lui. Non quoi d’abord ? Non je dois faire pipi dans ta chambre plutôt que dans la cuisine ? Non tu préférais que je fasse caca dans la plante verte ? Que je joue avec après coup ? Bref, oubliez.

– Le disputer quand il fait chez vous. Oui, c’est parfois frustrant quand vous venez de nettoyer votre salon ou que vous venez de le sortir et qu’il fait à l’intérieur mais ne cédez pas à la colère. Jamais. Si votre chiot fait l’association « je fais mes besoins = je me fais engueuler », il pourrait très bien ne plus vouloir faire en votre présence et se cacher pour faire chez vous, voire même manger ses déjections afin d’éviter d’avoir à affronter votre colère.

– Utiliser une cage pour l’obliger à se retenir, lui mettre le nez dans son pipi ou encore le prendre par la peau du cou et le soulever. Je ne vais pas développer longtemps : ces méthodes d’un autre temps sont juste à vomir.
Honnêtement, cela vous viendrait à l’esprit de mettre la tête d’un bébé dans sa couche ou encore de sangler un enfant à son matelas jusqu’au petit matin pour lui apprendre la propreté ? Non ? Alors pourquoi voudriez-vous avoir plus de succès avec chien…

– Retirer la gamelle d’eau. C’est malheureusement quelque chose qu’on lit encore bien trop souvent sur certains groupes et autres forums canins. Là, je vais être très clair : cela peut être considéré comme une forme de maltraitante animale.
On ne retire JAMAIS une ressource vitale comme l’eau. Votre chiot doit en avoir à disposition en permanence.

• Thème BONUS :

Les sorties à l’extérieur, avant ou après le rappel des vaccins à 3 mois ?

Si la tendance actuelle est clairement à ne pas attendre les 3 mois pour le faire, certains vétérinaires ou éleveurs restent encore un peu frileux à ce sujet. Bien entendu, la décision finale vous appartient et, même si le risque zéro n’existe pas, sachez qu’en faisant un minimum attention, en choisissant des endroits pas trop sales ou fréquentés par trop de chiens, en ne laissant pas votre chiot renifler des déjections ou boire dans des flaques d’eau, c’est tout à fait jouable.
Outre le fait qu’un jardin ne remplacera jamais des sorties à l’extérieur, comme nous l’avons vu plus haut, et qu’un pipi pad retardera l’apprentissage de la propreté, ne pas sortir son chien durant cette période signifiera surtout que vous perdrez un mois pour sa socialisation et donc pour l’habituer à son nouvel environnement, aux divers objets et bruits qu’il sera amené à côtoyer au quotidien. Bref, un mois on ne peut plus précieux durant cette phase et que vous ne récupérerez jamais.

————

Voilà, en espérant que tout cela vous sera utile, n’hésitez pas si vous avez des questions 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *